faire ses propres listes de vocabulaire
Défi 30 jours

Conseil #17 : Comment faire ses propres listes de vocabulaire – et les retenir !

Spread the love

Et bonjouuuuuuur les lamas ! Hola amigos y amigas espero que estén bien ! J’espère que vous allez tous bien, aujourd’hui on se retrouve pour un nouvel article de la série Défi – 30 conseils en 30 jours et on va s’attaquer à une problématique de taille quand on débute : LE VOCABULAIRE. On va voir ensemble comment faire ses propres listes de vocabulaire pour les retenir facilement et de cette façon accélérer votre apprentissage de l’espagnol ! Allez, on y va !

Conseil #17 : Comment faire ses propres listes de vocabulaire – et les retenir !

Pourquoi faire ses propres listes

Alors effectivement la question se pose : pourquoi je vous conseille de faire vos propres liste de vocabulaire ? Vous pouvez trouver des listes déjà toutes belles et toutes faites sur plein de sites en ligne comme ICI ou encore ICI ou même ICI. Alors pourquoi perdre son temps à en faire une soi-même?

Le problème quand vous essayez d’apprendre tout un gros paquet de vocabulaire, c’est de le ressortir en contexte. En arrivant au Chili, j’étais incapable de dire un couteau, une fourchette, un four… Alors que je l’avais certainement appris durant ma scolarité ! Pourquoi ? Parce que je ne l’avais jamais UTILISÉ DANS SON CONTEXTE.

Au lycée j’avais une prof d’anglais (la-meilleure-de-tous-les-temps) qui nous avait fait apprendre une quantité pharamineuse de vocabulaire, simplement en nous faisant faire des mini-scènes de théâtre inventées par nos soins. Je me rappelle encore que horn=cornes et tail=queue parce que c’est moi qui jouais la vache (oui oui je sais c’est pas glorieux mais c’était une vache très rigolote).

Tout ça pour dire que si vous apprenez le vocabulaire et que vous rangez votre liste sans plus jamais l’utiliser, le plus probable c’est que ÇA NE VOUS SERVE À RIEN… Et le gros risque c’est que VOUS L’OUBLIEZ AU BOUT D’UNE SEMAINE !

Donc pour contrer cet effet pervers de notre mémoire à court terme, il nous faut ancrer ces mots de vocabulaire dans notre mémoire à long terme… Tout simplement ! « Oui, mais alors comment on fait ça ? » me direz-vous. Je vous donne quelques astuces pour y arriver facilement, ce qui vous permettra de gagner en aisance et en fluidité dans votre expression orale !

Faire votre propre liste de vocabulaire

La première chose, la plus importante, est de lister des mots qui vous seront utile dans un contexte précis. Vous souhaitez partir en voyage ? Faites vous une liste du vocabulaire que vous pensez utiliser au cours du voyage, quitte à traduire mot à mot. Vous allez manger dans un restaurant espagnol ou un bar à tapas ? Faites vous une liste d’une vingtaine de mots ou une dizaine de phrase et utilisez-les au cours de la soirée. Vous ne faites rien de particulier ? Utilisez le vocabulaire de la maison tout simplement, faites une liste de tout ce que vous voyez chez vous et répétez le mot chaque fois que vous passez devant !

Le fait de faire soi-même ses propres listes de vocabulaire va déjà vous aider en soi à la mémoriser (plutôt que d’en imprimer une), et va vous faire utiliser la mémoire visuelle et kinesthésique (celle des souvenirs, des ressentis, des émotions).

Faire des listes de PHRASES et non de mots

Bon je vais le répéter plusieurs fois dans l’article, mais si vous allez scanner sans vous arrêter sur le sens des mots (avouez, vous le faites tout le temps ^^), je le dis quand même ici. IL EST INDISPENSABLE D’APPRENDRE LE VOCABULAIRE DANS SON CONTEXTE. Pour apprendre en contexte, la manière la plus simple est de faire DES PHRASES qui utilisent le mot que vous cherchez à apprendre. Le bonus ? Vous allez apprendre en même temps un peu de grammaire et de conjugaison ! Utilisez des sites comme Linguee pour vous aider si vous débutez. Ça vous permettra de trouver une phrase en contexte et non de traduire mot à mot (qui peut conduire à une mauvaise syntaxe de la phrase). Donc premier conseil : faire ses propres listes de vocabulaire… SOUS FORME DE PHRASES !

Faire des listes de vocabulaire qui n’utilisent pas votre mémoire

Ou en tous cas un autre type de mémoire que celle que vous utilisez pour lire la liste de vocabulaire que l’on vous a donné ou que vous avez conçue.

La mémoire visuelle : post-it, flashcards et cocotte

Utilisez votre mémoire visuelle pour apprendre le vocabulaire espagnol. Vous pouvez par exemple utiliser des post-it ou scotcher des bouts de papier avec le mot en espagnol sur tout ce que vous avez chez vous. De cette manière vous utilisez une association entre objet -> mot espagnol, et non mot français -> mot espagnol. Ça sera bien plus efficace pour apprendre rapidement. Une deuxième étape consiste à écrire les verbes et non l’objet en lui-même. Par exemple, vous allez mettre « cajón » (tiroir) sur le tiroir, puis une fois que ça sera acquis, vous mettrez « abrir/cerrar » (fermer).

De la même manière, les flashcards utilisent vote mémoire visuelle. Les flashcards se présentent sous forme d’une carte recto verso. Un lien logique relie les informations présentes de chaque côté de la carte. Vos enfants peuvent par exemple utiliser des flashcards pour apprendre leurs tables de multiplication :

flash cards méthode de révision

Pour vous, la flashcard est très efficace si vous avez d’un côté le mot espagnol et de l’autre une image. Ça vous permet d’associer directement le mot à l’objet (sans passer par la traduction en français). L’avantage des flashcards c’est que ça vous permet de travailler votre vocabulaire seul. C’est comme faire des listes de vocabulaire, mais sous forme d’image !

Vous avez encore de nombreuses manières d’utiliser votre mémoire visuelle : vous pouvez fabriquer des cocottes en papier si vous êtes très manuel. Ce sont des outils ludiques qui sortent de l’ordinaire ! Bon, le problème c’est que vous ne pouvez mettre que 8 mots différents. Je vous conseille donc de l’utiliser plutôt pour vous tester sur des domaines ou des contextes différents. Par exemple vous mettez sur une face « saluer en espagnol« , ou encore « aller au restaurant » et vous faites un discours sur le thème qui sort. C’est particulièrement utile pour vous entraîner car cela vous permettra de vous mettre en contexte et ça vous permet de travailler la pratique même en étant seul !

Utiliser la mémoire auditive

Comme pour les cocottes, exercez-vous à l’oral : répétez les mots à apprendre, mais surtout essayez de vous imaginer en contexte. C’est pour ça qu’il est intéressant de faire votre liste d’après ce que vous allez faire dans la journée ou le prochain évènement où vous pensez pouvoir parler en espagnol. Si ça n’est pas le cas faites un dialogue où vous utilisez du vocabulaire de tous les jours. Par exemple, décrivez ce que vous allez faire aujourd’hui. Faites des listes de vocabulaire utiles, et utilisez-en un maximum dans vos dialogues.

Vous pouvez aussi vous enregistrer en lisant le vocabulaire, et vous repasser l’enregistrement : on ne stimule pas la même zone du cerveau quand on parle et quand on écoute, donc de la même manière vous allez stimuler votre mémoire de deux façons différentes.

Utiliser la mémoire kinesthésique

C’est celle des émotions, des souvenirs, des sensations. Par exemple, vous pouvez utiliser des gestes ! Vous êtes en train de cuisiner le repas du soir pour votre bien aimée ? Dites-le : « estoy cortando la zanahoria » « pelo las papas » « voy a añadir una pisca de sal« . De cette manière le mot appris sera imprimé dans un contexte précis et lorsque vous chercherez le mot, vous chercherez en fait dans vos souvenirs. C’est TRÈS efficace.

Faire des listes de vocabulaire… « spéciales »

Vous aurez TOUJOURS des mots que vous n’arrivez pas à retenir. Vous l’avez déjà vu deux, trois, DIX FOIS, mais impossible celui-ci je n’y arrive pas. Il y a parfois des mots que vous connaissez et que vous avez intégré, mais bizarrement au moment de l’utiliser EN CONTEXTE, pouf impossible. Vous l’avez sur le bout de la langue, mais il ne revient pas. Cela veut dire qu’il n’est pas encore 100% acquis. Parfois les faux-amis sont difficiles à retenir. Ou alors ceux que vous n’arrivez pas à prononcer, ou que vous écrivez toujours mal. Bref, faites une liste des irréductibles Gaulois, ceux que vous n’arrivez pas à mater. La-liste-des-mots-impossibles-a-retenir.

Faire ses propres listes de vocabulaire… Et s’amuser

On en a déjà parlé dans l’article de Comment apprendre en s’amusant, le jeu vous incite à utiliser toutes les formes de mémoires comme on vient de les voir, et stimule votre cerveau ce qui accélère l’apprentissage. Donc jouez ! Relisez l’article si besoin. Jeu du post it, Time’s up, pendu, petit bac, scrabble… Le tout est d’utiliser un maximum de mots de vocabulaire récemment appris.

Apprendre en immersion : apprentissage passif et actif

L’une des meilleurs méthodes d’apprentissage ludique, c’est l’immersion ! On a parlé de l’importance de s’immerger dans la langue que vous apprenez déjà à de nombreuses reprises dans les précédents articles. Notamment, je vous ai expliqué de quelle manière l’immersion vous permet de parler vraiment comme un espagnol, c’est à dire d’améliorer votre prononciation.

Quand vous êtes dans une phase d’immersion n’hésitez pas à noter les mots nouveaux : en regardant une série ou un film, en écoutant une chanson. Vous apprenez ainsi à la fois passivement (vous ne noterez pas tous les mots ni toutes les formes de conjugaison rencontrées bien sûr !) mais aussi activement (en prenant conscience des mots inconnus et en les notant).

N’hésitez pas à me dire en commentaire quelle est la meilleure manière d’apprendre le vocabulaire pour vous, vos ressentis, vos expériences ! Je réponds à toutes vos questions !

Abrazos, Tamara.

Laisser un commentaire