les mauvaises habitudes à perdre
Défi 30 jours

Conseil #28 : 10 mauvaises habitudes de l’école française à perdre pour apprendre efficacement

Spread the love

Et bonjour les lamas ! Comment vous allez ? ¿Cómo están? J’espère que tout va bien pour vous, aujourd’hui on se retrouve pour l’un des derniers articles de mon Défi – 30 conseils en 30 jours. On va parler peut être un peu plus aux jeunes, mais aussi aux moins jeunes. Vous vous souvenez de vos années d’école ? Les longues heures de mathématiques, littérature et philosophie au lycée ? Le passage obligatoire par la musique, la technologie au collège ? La prof d’arts plastiques excentrique ? Les instit en école primaire ? Eh bien à moins que vous fassiez partie des 5% qui collent parfaitement au moule de notre système éducatif français, vous faisiez FORCÉMENT des erreurs d’apprentissage. Aujourd’hui, on va voir toutes ces mauvaises habitudes que vous aviez à l’école, et que vous devez oublier pour apprendre efficacement l’espagnol.

Conseil #28 :  10 mauvaises habitudes de l’école française à perdre pour apprendre efficacement

Boostez votre motivation

On va partir d’un principe de base et d’une observation générale que je peux aussi faire avec mes enfants aujourd’hui puisqu’ils ont commencé leur scolarisation récemment. Les enfants subissent un changement drastique dans ce qui est l’envie d’apprendre à partir du moment où ils rentrent à l’école. Et en particulier à l’école primaire. Car à partir de ce moment là, ce qu’on appelait avant une « activité » ou même un « jeu » va devenir un « devoir ». Beurk ! Qui a vraiment ENVIE de faire ses devoirs ? Et effectivement, de nombreux neuroscientifiques constatent que la faculté NATURELLE d’apprendre qui est présente de manière innée et très élaborée chez les tout petits, DIMINUE à l’entrée à l’école. Parce que tout ce qu’on apprend devient de l’obligation, de la corvée… Et est complètement différencié du jeu qui est réservé aux 15 minutes de récréation le matin, et aux 15 minutes de récréation l’après-midi.

La motivation et le jeu : deux éléments clés que vous avez perdus à l’école

apprendre en jouant
Photo de Tatiana Syrikova provenant de Pexels

Il y a donc deux choses à retenir des erreurs qu’on fait tous (puisqu’induites par le système) à l’école : il nous faut JOUER, et rester MOTIVÉS pour apprendre efficacement. Je vous en ai déjà parlé dans l’article sur comment apprendre en s’amusant : le cerveau est plus sollicité et il retient plus facilement les informations au cours des jeux. Pour la motivation, je vous en déjà parlé aussi dans l’article sur la raison forte : vous devez garder à l’esprit votre motivation. Votre envie d’apprendre l’espagnol est née de cette raison forte, et vous devrez certainement vous la remémorer aux moments des coups de mou (que nous subissons tous !).

Et de la même manière, oubliez les mots comme : notes, leçons, devoirs, contrôles. Tous ces mots qui vous hérissent le poil ! Parlez de sessions, de vérification de vos connaissances, ou autres mots plus softs. Ou même arrêtez de vous noter, de vous évaluer ! Vous apprenez l’espagnol de votre propre volonté, parce que vous avez décidé de le faire, et vous le faites à votre rythme, donc remarquez et célébrez vos progrès, tout simplement !

Posez plus de questions qu’à l’école

poser des question
Photo de Katerina Holmes provenant de Pexels

Il y a plusieurs types d’élèves à l’école, suivant votre caractère. Et il y a plusieurs types de mémoire aussi. Suivant qui vous étiez à l’école il est possible que ce conseil ne s’applique pas. Toujours est-il que votre cerveau apprend bien plus efficacement quand vous posez des questions !

Donc à vous, qui étiez toujours TROP calme en classe, à vous qui n’écoutiez pas du tout (et donc qui ne posiez pas de questions), à vous qui préfériez dessiner sur votre feuille ou écrire des textos en classe… Votre cerveau n’emmagasinait que la moitié des informations. Vous avez sûrement mal compris plus d’une fois et redécouvert vos leçons le lendemain, pendant l’heure d’étude ou l’heure de colle, ou juste avant le contrôle du samedi ! C’est parce que le cerveau a souvent besoin de poser des questions, ne serait-ce que pour confirmer que vous avez bien compris. Pour l’apprentissage de l’espagnol, c’est pareil ! Si vous ne comprenez pas ce que vous apprenez, vous n’avancerez pas. Donc quand vous avez un doute, cherchez l’information. Relisez vos notes. Réécoutez le podcast, revisionnez la vidéo. Posez une question sur le groupe, ou à votre partenaire de langue ! Bref éclipsez tous vos doutes, le plus tôt possible, dès qu’ils surgissent.

Expliquez, racontez

Pour que votre apprentissage s’ancre de manière plus profonde et que vous reteniez sur le long terme les informations, il est important d’expliquer, de raconter ce que vous avez appris. On voit par exemple dans certaines classes « libres » que les élèves qui ont compris expliquent à ceux qui n’ont pas compris. De cette manière, non seulement les élèves qui n’ont pas compris l’explication du professeur arrivent à comprendre grâce à un point de vue différent, mais en plus les élèves qui ont compris ancrent mieux leurs connaissances. Ceux qui ont mal compris peuvent se corriger. Il y a aussi ceux qui pensaient avoir tout compris, et au moment d’expliquer rien n’est clair, tout est embrouillé. Ça vous est déjà arrivé ? Moi très souvent ! Eh bien le fait d’expliquer va vous permettre de démêler vos pensées. Racontez vos apprentissages comme si vous vouliez que votre interlocuteur (qui peut être votre chat, chien, poisson rouge, votre miroir, votre tasse de thé, votre douche…) APPRENNE vraiment la même chose que vous.

Oubliez le par cœur

On l’a déjà vu dans les articles sur les techniques de mémorisation du vocabulaire, de la grammaire et de la conjugaison ! Pour apprendre, le par cœur c’est le pire ! Ça vous permet de retenir beaucoup d’informations en peu de temps, mais souvent au bout de quelques jours ou même quelques heures cette information s’est volatilisée ! C’est bien dommage car votre cerveau a d’autres manières de mémoriser : il a besoin de liens vers une émotion, un souvenir, une histoire drôle, un moyen mnémotechnique. Donc arrêtez le par cœur et apprenez comme votre cerveau.

Parlez de ce que vous aimez

parlez de vos passions
Photo de Suliman Sallehi provenant de Pexels

En plus des explications qui clarifient les choses, vous apprendrez beaucoup plus efficacement s’il s’agit de quelque chose que vous aimez, qui vous passionne, qui vous intéresse. Vous souvenez-vous des listes de vocabulaire en anglais, sans queue ni tête ? On devait apprendre une centaine de mot par semaine ! Et souvent c’étaient des mots sur des sujets qui ne nous intéressaient pas. Eh bien pour apprendre efficacement, arrêtez de fonctionner comme ça. Pensez d’abord : qu’est ce que JE VEUX apprendre ? Si vous voulez apprendre à vous exprimer dans une conversation courte, alors vous voudrez probablement commencer par saluer, vous présenter, etc. Vous aimez la photo ? Pour en parler, vous aurez besoin d’apprendre le lexique de la photo ! C’est de ce vocabulaire dont vous avez besoin, et c’est ce que vous retiendrez le mieux !

Apprendre avant de dormir

A l’école, je sais pas vous, mais moi je ne lisais jamais mes leçons avant de dormir ! Les devoirs étaient faits en rentrant de l’école ou pendant les heures d’étude. Les minutes entre la fin du repas et le coucher étaient plutôt dédiées à faire quelque chose qui m’intéressait : lire, dessiner, écouter de la musique, ou regarder un film une fois plus grande. Quelle erreur ! Si l’espagnol vous intéresse, c’est déjà un bon point car cette session avant de vous coucher ne sera pas un poids. Une session de 10 minutes d’apprentissage ou de révision juste avant de fermer les yeux sera bien mieux ancrée et vous évitera de perdre le lendemain 30 minutes pour apprendre la même chose ! Faites confiance à votre cerveau.

Ne rentrez pas dans le moule comme à l’école !

Malheureusement l’école est un moule qui sert à fabriquer des individus normés et normaux qui par la suite doivent se comporter de manière normale, avoir des émotions qu’ils expriment de manière normale, un niveau de créativité et de leadership BANAL, et surtout ne pas sortir de ce moule.

C’est bon, vous avez fini l’école (ou pas?), alors SORTEZ DU MOULE ! Et adaptez votre apprentissage à votre personnalité. Ne faites pas comme tout le monde, faites comme il vous plait. Parler de ce que vous aimez fait partie de cette sortie de moule ! Apprenez avec les méthodes et les outils qui vous conviennent le mieux. Vous savez quelle est votre mémoire ? Vous retenez mieux en lisant, en écoutant, en regardant des images, en parlant à haute voix, en écrivant ? Alors apprenez en utilisant des outils qui vont stimuler votre mémoire !

Cherchez un appui

Vous trouverez cet appui dans votre couple, dans un.e ami.e proche, dans une personne de votre famille, ou dans votre partenaire de langues ! Toujours est-il qu’il est mieux de ne pas rester seul.e dans votre coin. Premièrement, cela vous apportera un soutien psychologique. Car apprendre une langue n’est pas forcément chose facile ! Mais surtout, cela vous apportera un œil nouveau, un changement de point de vue.

Allez à votre rythme

Eh oui c’est finalement la plus grosse erreur que l’école nous impose. Vous êtes obligé d’apprendre à une certaine vitesse, d’intégrer des connaissances dans un certain ordre. Par expérience je vous le dis : nous n’avons pas tous le même rythme. Et cela provoque des traumatismes à beaucoup d’élèves ou d’étudiants !

sortir du moule
Photo de Mikhail Nilov provenant de Pexels

Par exemple, j’étais dans les premiers de ma classe jusqu’au lycée. J’ai eu le bac avec une mention bien et j’étais très fière de ça. Quand je suis arrivée en classe préparatoire, j’ai stagné dans les 25-30èmes (donc les 5 derniers) de ma classe pendant 2 ans. Je n’ai pas eu mes concours et c’était un gros échec pour moi. J’ai redoublé ma deuxième année, et là tout est devenu clair ! Limpide ! Je suis passée de 2 en maths à 16 ! C’était spectaculaire et je n’y croyais pas ! Mais c’est tout simplement parce que j’ai été confrontée à un rythme d’apprentissage et une quantité d’information que je n’étais pas capable de soutenir ni d’emmagasiner ! Et nombre d’entre nous se retrouvent dans cette situation à un moment de notre scolarité, certains dès l’école primaire, d’autres au collège, d’autres au lycée, d’autres plus tard. Pourtant, nous serions tellement plus heureux, nous aurions tellement plus CONFIANCE EN NOUS si l’on respectait notre rythme !

C’est pour ça que je vous le conseille pour apprendre l’espagnol : faites-le en respectant votre rythme. Si vous suivez un cours qui vous promet un apprentissage de 30 minutes par jour pendant 30 jours… Mais que vous avez besoin de le faire plus doucement, en 15 minutes par jour pendant 60 jours, ou même 30 minutes par jour pendant 60 jours, ALORS FAITES A VOTRE RYTHME. Ne vous mettez pas de pression inutile, et apprenez sans stress !

Soyez discipliné… comme à l’école !

Bon en soi à l’école vous étiez déjà censé l’être, donc ce n’est pas une mauvaise habitude à perdre mais plutôt une bonne habitude à mettre en place ! On en a parlé dans l’article sur l’autodiscipline : les bonnes habitudes mises en place avec discipline vous permettront d’être régulier.e dans votre apprentissage et donc c’est du gagnant-gagnant pour vous !

Donc pour apprendre efficacement l’espagnol, voilà les BONNES HABITUDES à mettre en place :

  • Rester motivé
  • Jouer pour apprendre et apprendre en s’amusant
  • Utiliser du vocabulaire positif (oublier les notes)
  • Poser des questions
  • Expliquer ce que vous avez appris
  • Apprendre en utilisant les prédispositions du cerveau (et surtout pas par coeur)
  • Adapter votre apprentissage à votre personnalité
  • Trouver un « copain » d’apprentissage
  • Prendre votre temps
  • Être discipliné

Pour aujourd’hui c’est déjà pas mal, il faut beaucoup de discipline pour changer des mauvaises habitudes, donc vous avez du travail ! Mais c’est pour le mieux. Bon apprentissage à vous, n’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me raconter la mauvaise habitude de l’école que vous avez réussi à éliminer de votre vie pour votre bonheur ! Je suis curieuse de vous lire !

Abrazos, Tamara

Laisser un commentaire