enfants apprentissage ludique
Une famille franco-équatorienne

Enfants : des jeux pour un apprentissage ludique de l’espagnol

Spread the love

Coucou mes petits lamas ! Hola mis llamitas ! Alors voilà, ça fait un moment que j’ai envie de vous partager quelque chose d’un peu plus personnel. Sur mon expérience en Équateur, sur ma vie là bas, et sur ma vie ici. Et en particulier sur mes enfants qui sont ma chair et mon sang, mes anges et mes démons, des petits fragments de mon âme. Notamment j’avais envie de vous partager tous ces petits moments rigolos dans l’apprentissage ludique d’une langue, que ce soit l’espagnol ou le français…

Et donc figurez-vous que cette semaine, j’apprends l’existence d’un événement inter-blogueurs « Apprentissages ludiques : mes meilleures astuces » organisé par le blog  Les Coffres Magiques. J’adore ce blog. J’y ai d’ailleurs puisé quelques idées quand j’ai fait ma chasse au trésor à PÂQUES (j’avais eu l’idée de le faire pour les enfants et finalement les adultes en voulaient aussi !!!). Et finalement c’était génial, ma famille était à fond. Notamment j’ai un peu copié (je confesse) les techniques de messages codés dans l’article Comment créer des messages codés pour chasses au trésor. Donc en apprenant l’événement inter-blogueurs, j’ai évidemment tout de suite pensé à mes trois cacahuètes franco-équatoriennes !

Et comme dirait l’une de mes plus chères amies : quand ça se passe comme ça, c’est que tu es sur la bonne voie.

en selle pour l'apprentissage ludique
Photo de Helena Lopes provenant de Pexels

Petit rappel sur mes enfants

Donc me revoilà EN SELLE aujourd’hui après quelques jours d’absence : j‘étais très prise par la rédaction de mon BONUS que vous pouvez découvrir ici : un e-book gratuit qui reprend toutes les astuces et conseils que je vous ai donnés lors de mon Défi – 30 conseils en 30 jours, pour apprendre l’espagnol facilement. Et donc, je souhaite vous partager quelques idées de jeux pour vos petits qui apprennent des langues. Ça vaut pour des petits (voire même tout petits suivant les enfant) mais aussi pour les plus grands !

Les miens sont bilingues aujourd’hui vous me direz. OUI ! Mais ça n’a pas toujours été le cas. Pour ceux d’entre vous qui ont déjà lu ma page à propos, vous savez que mon mari est équatorien. Donc hispanophone, NATIF. Mais en réalité, ma cacahuète N°1 est née en France, et nous lui parlions pratiquement exclusivement en français.

Je vous ferai un prochain article dans lequel je vous explique quelques ERREURS à ne pas faire pour permettre à nos enfants d’apprendre facilement deux langues. Car le risque est bien sûr d’en perdre une, comme ça a été notre cas quand nous sommes partis en Équateur : ma petite cacahuète parlait très bien le français, mais au bout de 4 mois elle a commencé à l’oublier. Et au bout de 2 ans elle ne savait plus dire que : « s’il te plaît », « merci, « bonjour », « fourchette »… et « culotte » !

enfants en equateur
Enfants en Équateur (attention ce ne sont pas les miens 😉 )

Mon expérience

Donc aujourd’hui ce que je vous partage c’est l’expérience d’être revenus en France, avec 3 enfants de 4 ans, 2 ans et demi, et 1 an. Qui ne parlaient pas français. Et qui n’ont été vraiment PLONGÉS dans la langue que 6 mois après notre arrivée (puisque nous parlions presque exclusivement qu’espagnol à notre arrivée en avril, et que la rentrée des classes et de la nounou c’était en septembre)… Ces quelques astuces ont permis une acclimatation progressive des enfants à la langue, et elles peuvent parfaitement être utilisées quand on veut faire apprendre une langue à un enfant : que ce soit une langue qui est dans la famille (pour une famille binationale) ou bien simplement parce qu’on veut profiter de la capacité d’apprentissage incommensurable que les enfants ont lorsqu’ils sont petits.

Un apprentissage ludique en chansons !

C’est la première chose que nous avons fait en arrivant, et c’est le plus simple à faire pour que les enfants s’habituent aux sons de la langue et à la phonétique, tout en s’amusant. On en a longuement parlé dans l’article : Pourquoi (et comment !) commencer par apprendre en s’amusant. Vous avez aussi l’option dessins animés, si vos enfants sont moins chanson. Mes enfants adoraient regarder « TroTro » en français… Alors qu’ils ne comprenaient pas encore le français !

Chanter avec eux

Les chansons ont avec mes enfants, et sur beaucoup d’autres enfants, beaucoup de succès !!! Je connais maintenant par cœur presque toutes les chansons de la Reine des Neiges, grâce à eux ! Je trouve d’ailleurs que c’est bien mieux de chanter avec eux. Bon si vous ne vous sentez pas de chanter à tue tête dans le supermarché « LIBRE SOY ! LIBRE SOY ! », je peux comprendre. Mais je considère que le fait de chanter avec eux a plein d’avantages.

la chanson est un apprentissage ludique
Photo provenant de Pexels

Le premier c’est de pouvoir moduler la vitesse du chant : souvent mes enfants me demandent de les « attendre » (ce qui peut parfois m’horripiler, parce que moi par contre j’adore chanter à tue tête… dans la voiture). Ils veulent que je chante doucement, ou parfois que je m’arrête à chaque phrase musicale, pour pouvoir chanter la dernière syllabe ou même répéter toute la phrase… Ils ont en fait besoin, et envie d’entendre chaque mot, chaque son. Et de les enregistrer.

Un apprentissage ludique… et qui a du sens !

Un autre avantage de chanter avec vos enfants au lieu de leur mettre un CD (qui est certes plus reposant…) est que vous pouvez mettre pause quand vous voulez : eh oui. Ça vous permet D’EXPLIQUER la chanson. Les enfants ont souvent besoin de mettre du sens sur les mots pour les retenir ! Comme nous d’ailleurs : qui se souvient des paroles de LAS KETCHUP ? Personne, parce qu’on ne comprenait rien ! Soit dit en passant si vous me demandez, je vous dirai quelque chose comme : « Asereje, a eje, ejeme tu leje mitsi miu no a majala maga ouigui a de bouiguiligui ! » J’ai une très bonne mémoire.
Avec mes enfants, ça donne ça :
 » – pero qué significa « un s’installe ? »
– Non c’est pas un s’installe c’est l’hiver s’installe.
– Aaaa y que es l’hiver s’installe ?
– L’hiver es el invierno y s’installe es que comienza. Comienza el invierno. » Ça peut durer trèèèèèèèèès longtemps. Encore aujourd’hui -ils parlent maintenant très bien français- ils ont souvent besoin de comprendre les paroles.

Traduire les chansons

Ma grande cacahuète qui a maintenant 5 ans, s’amuse aujourd’hui à traduire les chansons en espagnol. Vous connaissez la chanson « mon petit lapin a bien du chagrin » ? Grand classique. Eh bien on l’a traduite en espagnol. Ça a donné ça :

Mon petit lapin a bien du chagrin
Il ne saute plus ne danse plus dans son jardin.
Saute saute saute, mon petit lapin,
Et dépêche toi d’embrasser quelqu’un !

Mi conejito está tristecito
Ya no salta ya no baila en su jardincito
Salta salta salta mi conejito
Y ven rápido a darme un besito

Ce qui est intéressant c’est que l’enfant cherche l’expression correspondante dans l’autre langue, même si comme vous pouvez le voir, la traduction n’est pas exacte : il faut aussi respecter le rythme de la chanson et le nombre de syllabes ! Ça lui permet de travailler sa mémoire, sa créativité, et son imagination.

Un apprentissage ludique… en voiture!

C’est quelque chose qu’on fait beaucoup maintenant. Tellement que ma dernière petite cacahuète s’affole si on n’a pas fait le « jeu des animaux » avant d’arriver à destination ! L’avantage des jeux en voiture c’est que vous pouvez les faire sur vos trajets quotidiens avec les enfants : pour les emmener et les ramener de l’école, pour les trajets aux courses… Ça marche aussi pour les longs trajets des vacances, ça va bientôt être d’actualité ! Vous, ça vous permet de passer de bons moments avec eux. Et à eux, ça leur permet de continuer leur apprentissage ludique !

apprentissage ludique en voiture
Photo de Oleksandr Pidvalnyi provenant de Pexels

Le jeu des animaux

C’est ce qu’on fait le plus en voiture (à part les chansons) ! Peu importe où on va, on fait toujours un ou deux animaux. Au début, on le faisait en espagnol. Ils ne parlaient pratiquement pas en français. Puis petit à petit, comme on voyait de plus en plus de famille (donc obligés de parler espagnol) et que je voyais qu’ils comprenaient quand même beaucoup, j’ai commencé à le faire en français.

Le jeu est simple : vous êtes un animal, qui … Et vous le décrivez. Où il habite, sa taille, de quelle couleur il est, qu’est-ce qu’il mange, qu’est-ce qu’il aime.

Par exemple :

  • Je suis un animal, qui vis sur la banquise, où il fait très froid…
  • je suis un mammifère, j’ai des poils…
  • je suis très grand…
  • je suis de couleur blanche…
  • Et j’adore manger du poisson !

Vous m’en faites une en espagnol dans les commentaires ? J’ai hâte de vous lire !

Aujourd’hui ma grande cacahuète (5 ans) est capable de me faire la devinette à moi ! Et elle ne manque pas d’imagination ! Elle m’a fait deviner celui-ci (si vous le trouvez mettez moi un commentaire) et j’ai vraiment mis du temps à le trouver : « je suis un animal, j’habite dans la ferme, je suis blanc, et je sais rire mais je sais pas parler ! »….

Le jeu de quelque chose

La deuxième étape quand on n’a plus d’idées sur les animaux (je pense toujours aux mêmes animaux : la fourmi, l’éléphant, la girafe, la baleine, le papillon, le lapin, la coccinelle) c’est de passer à « plus de choses ». Donc maintenant on décrit des objets, etc. Par exemple : « je suis quelque chose de vert et de marron, et de très grand avec plein de feuilles »Eh non, ce n’est pas un arbre ! Bon si j’avoue c’est un arbre.

Je pense à quelque chose

En fait quand j’étais petite on jouait beaucoup à « je pense à quelque chose ». Mes enfants sont encore petits, mais si vous avez des enfants plus grands, vous pouvez le mettre en place dans la langue qu’ils apprennent (le français, l’espagnol, l’anglais, mais ça marche aussi pour toute autre langue !). Ici on est sur un niveau supérieur puisque vous ne décrivez plus le mot cherché, mais vous répondez simplement par oui ou par non aux questions.

Par exemple :

Est ce que c’est féminin ? Oui.
Est ce que c’est un animal ? Non.
Un objet ? Oui.
Etc.

Es femenino ? Si.
Es un animal ? No.
Es un objeto ? Si.

Etcétera

Les jeux qui demandent un peu plus de « matos »

Vous aurez probablement remarqué que les jeux ou activités énoncées plus haut se font sans aucun matériel, ce qui est un gros avantage pour nous, mamans, puisqu’on n’a pas toujours le temps de se mettre à faire des merveilles de nos dix doigts. Mais de temps en temps, c’est bien de pouvoir FABRIQUER une ressource qui pourra ensuite être réutilisée pour le bonheur de vos enfants et surtout pour faciliter leur apprentissage ludique des langues.

Jeu des 7 familles : un apprentissage ludique du vocabulaire

jeu des 7 familles
es Photo de Mikhail Nilov provenant de Pexels

Alors c’est un jeu que j’avais utilisé pour mes élèves de français langue étrangère (il faudra que je vous en parle un jour) quand j’étais en Équateur. Ça avait finalement été un succès franc et les enfants avaient adoré ça.

Donc vous connaissez tous les règles du 7 familles j’imagine ? En fait, pour l’adapter en langue étrangère, l‘idée est de choisir un thème principal. Vous définissez 7 catégories dans ce grand thème, et dans chacune des catégories vous pouvez mettre 7 mots de vocabulaire. Pour rentabiliser j’avais même fait des cartes avec deux mots.

Et enfin, vous imprimez vos cartes et vous les plastifiez. Soit vous avez une plastifieuse si vous êtes une maman licorne arc-en-ciel, soit vous utilisez du scotch si vous êtes une banale mortelle comme moi. Avec du gros scotch transparent c’est plus rapide. Et ensuite, il faut simplement jouer !

L’avantage de ce jeu

C’est que 1) vous pouvez le faire vous même si vous avez un logiciel basique comme Power Point ou même Word et 2) ça leur permettra d’apprendre BEAUCOUP de vocabulaire en s’amusant !

Ça vous donnera quelque chose comme ça !

  • En la familia de los animales marinos, quiero el delfin y la ballena !
  • En la familia de las frutas, quiero el platano y la pina !

Malheureusement je n’ai plus ce jeu, sinon je vous aurai mis une photo. J’appelle mes enfants mes « cacahuètes », mais on pourrait aussi les surnommer la tornade, l’ouragan et le tsunami !

L’apprentissage ludique avec la mémoire visuelle

Un super jeu pour utiliser la mémoire visuelle de vos enfants, c’est le mémory. En dehors de l’apprentissage d’une langue, vous pouvez aussi l’utiliser pour l’apprentissage des lettres (grandes et petites lettres), des chiffres (nombre de points et chiffre écrit), voire même des mathématiques pour les plus grands !

jeu du mémory
Photo de Nicola Barts provenant de Pexels

Dans le cadre de l’apprentissage d’une langue, c’est bien de mettre une image sur une carte et un mot avec l’image en petit sur l’autre carte, ou inversement. Ça permet d’associer le mot et l’image. On a déjà vu dans cet article que les associations sont une des techniques de mémorisation les plus efficaces ! S’ils sont petits et qu’ils ne lisent pas encore, il faudra simplement jouer avec eux et dire les mots dans la langue cible !

Le Time’s up

C’est assez peu gourmand en ressources, mais vous aurez besoin d’être au moins 4, et c’est encore mieux à 6 ! Vous avez juste besoin d’une feuille et de crayons ou stylos pour écrire au moins 5 mots chacun si vous voulez que la partie dure un peu, et hop ! On joue dans la langue de son choix !

La règle du jeu est simple : vous jouez en 3 manches avec les mêmes cartes.

  • 1ère manche : vous pouvez décrire la carte (vous pouvez mettre un personnage célèbre, ou même un objet. Si vous êtes vraiment forts, jouez avec des verbes d’action) avec autant de mots que vous voulez. Chaque équipe joue chacun son tour sur des temps de 30 ou 45 secondes chonométrées.
  • 2ème manche : vous pouvez utiliser un seul mot pour décrire la carte (les mêmes cartes que celles utilisées dans la première manche).
  • 3ème manche : vous ne pouvez pas parler, mais vous pouvez décrire la carte avec des mimes. Fous rires assurés. Le jeu est terminé, c’est l’équipe qui a deviné les plus de cartes qui gagne.

Bien sûr pour la pratique et l’apprentissage ludique de la langue, c’est la première manche qui sera la plus efficace. MAIS, votre cerveau retiendra probablement bien plus longtemps le mime de « comerse los mocos » 😉 !

En conclusion

Ces idées sont simplement des suggestions car en réalité, TOUS les jeux que vos enfants aiment faire, vous pouvez les adapter dans la langue cible que vous souhaitez que vos enfants commencent à apprendre et à parler ! Tous, sans exception !

Je vous souhaite un bon apprentissage ludique avec vos enfants, et c’est tout pour aujourd’hui ! Encore merci à Sophie pour son invitation à l’événement inter-blogueurs, et je vous dis à tout bientôt dans un prochain article !

Abrazos, Tamara.

Laisser un commentaire